AfriqueEditorialInternationalePolitique

RDC : Une rocambolesque  » élection  » présidentielle ?

Si le 10 janvier 2019 sonnait déjà comme le moment décisif d’une Histoire Politique Congolaise pinctuée par un passé difficile, le scénario qui, contre toute attente avait vu F. Tshisékédi déclaré vainqueur de l’élection du 30 décembre dernier est davantage mis en cause.

E. Shadari, M. Fayulu et F. Tshisékédi ont été les principales protagonistes du scrutin présidentiel, présenté comme le scrutin de l’alternence. Dès lors, nonobstant  » la massive popularité  » qui a accompagnée la campagne du candidat du pouvoir, le mot d’ordre semblait être  » tous pour Fayulu « . Une trajectoire que les résultats provisoirs proclamés le 10 janvier a complètement changé, car, si dans le pire des scenarios, on s’attendait à une  » victoire  » de Monsieur Shadari, la réalité en a été toute autre. F. Tshisékédi qui a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle congolaise ne convainc pas, ni dans l’opinion nationale, ni à l’international. A cet effet, la réaction de Monsieur Jean Yves Ledrian, Ministre des Affaires Etrangères français avait déjà fait couler encre et a live.

Depuis lors, l’heure est á la contestation. Recours et autres voies de contestation légales des résultats proclamés sont explorés. L’Eglise et le Groupe d’Etude sur le Congo ( Groupe d’experts américain ) restés quelque peu en retrait depuis le 10 janvier sont clairement sortis pour enfin rendre publics les éléments en leur possession et les résultats issus de leurs analyses, pour ainsi dire qui serait le réel vainqueur de l’élection congolaise. M. Fayulu serait donc le vainqueur non déclaré par la CENI.

Nous sommes dans une  » rocambolesque  » élection présidentielle congolaise. Du moins, tout semble le confirmer. Dans un contexte déjà difficile, quasiment au bord de l’implosion, la R.D Congo est aujourd’hui un cas qui mérite que tout le sérieux et l’humanité possible soient pris afin de consolider la stabilté actuelle.

Il est Clair que le clan Tshisékédi se cantone déjà dans la position de parti de la majorité. Une position davantage confortée par le camp Kabila. Les deux formations politques bénéficiaires des joutes électorales de décembre dernier n’entendent de la même oreille les multiples rebonissements qui se font jour, que le clan Fayulu.

Q’adviendra t-il de ce scandale géologique qui attise de nombreuses convoitises internationales ? Wait and see !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page