AfriqueGabonPolitique

RDC, à l’aune d’une nouvelle ère politique ?

La RD Congo est comme un Etat neuf ce matin du 10 janvier 2019, après le règne sans partage des Kabila. Si certains observateurs ont soupçonné un scénario à la Poutine, la réalité de ce 10 janvier impose désormais une autre lecture.

Le 30 décembre 2018, le vote pour l’élection d’un nouveau Président, symbole de l’alternance dans ce pays longtemps resté sous le régime des Kabila, du père au fils a fait que le monde avait presqu’oublié que la RD Congo était une démocratie, tant les événements qui concourent à l’explication de l’Histoire politique congolaise a fait que, de successions par coup de force, en passant par la pseudo monarchisation du régime par le clan Kabila, un nouveau nom, déclaré vainqueur d’une élection organisée par le Président sortant, parait assez étrange. Du moins pour certains. Qu’à cela ne tienne, l’heure est à une ouverture Démocratique qu’il y a toutefois lieu de saisir avec beaucoup de retenue.

les résultats provisoires donnent F. Tchisikédi vainqueur avec près de 38 %

Felix Tshisekedi RDC Congo meeting

Entre le dauphin E. Shadari, symbole de la continuité du régime Kabila, M. Fayulu, présenté comme le candidat de l’espoir et l’alternance, par ailleurs, candidat de la coalition des partis de l’opposition, et enfin, F. Tshisékédi, dissident de la coalition, par ailleurs, fils de l’opposant historique connu depuis l’époque Mobutu, le peuple a eu du mal à choisir entre une kyrielle de calibres du paysage congolais. Rappelons que le contexte électoral dans lequel s’est déroulé ce scrutin a été ponctué de crises, allant parfois jusqu’à la mort de plusieurs citoyens. Après moult appels au respect du choix des congolais, les résultats provisoires donnent F. Tchisikédi vainqueur avec près de 38 % de suffrage. Si ce résultat est d’ores et déjà contesté et rejeté par M.Fayulu, arrivé 2ème, qui dénonce un putsch électoral, la France, par l’intermédiaire de son ministre des Affaires Étrangère, appelle à l’apaisement tout en attendant les résultats définitifs, arguant que les résultats provisoire ne sont pas conforme à la réalité des urnes. Par ailleurs, contre toute attente, le camp du pouvoir salue ce résultat. Notons cependant que l’Eglise qui disait pourtant détenir les  » vrais chiffres  » est pour l’instant muette. Si  » l’élection  » de F. Tshisékédi surprend plus d’un, rappelons tout de même qu’il bénéficie fortement de la popularité historique de feu son père. Notons qu’il s’agit là d’une  » victoire  » comme on en voit rarement sur le continent. Toutefois, attendant que les choses se précisent, l’heure est à la célébration. Même si on peut emprunter à cet illustre personnage, symbole d’une fierté sans pareil de la Jeunesse Africaine ( P. Charles Blé Goudé ) :  » Tout ça pour ça ? « . Wait and see !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page