NtoumSocial

Expropriation de terrain à Ntoum : Les populations du quartier derrière Boa sont dans le désarrois Total…

Les affaires de litiges fonciers sont devenues monnaie courante au Gabon. Les populations du quartier Boa situé dans le premier arrondissement de la commune de Ntoum vivent de plein fouet ce calvaire avec la société S.C.G.

Voilà une situation qui perdure depuis des années sans que le cri des populations qui y vivent ne soit entendu auprès des autorités compétentes. En effet, tout commence lorsque l’ancienne société BOA rétrocède ses actifs et son emplacement à la société S.C.G, spécialisé dans la scierie de bois. En ces temps-là, il y régnait un véritable climat de paix entre les habitants déjà installés dans les environs et la nouvelle firme. Une coexistence pacifique qui va se muer au fil du temps en véritable guerre de tranchées lorsque les responsables de ladite structure vont étendre leur champ d’activité et s’approprier de façon considérable les parcelles des riverains. A cela s’ajoute l’inhalation des voûtes de fumées qui émanent de l’incinération des produits toxiques par les habitants, leur entraînant ainsi des graves problèmes de santé comme les infections pulmonaires. Une chose qui va susciter la colère de ces derniers qui estiment être victime d’expropriation de leurs terres malgré qu’ils possèdent des documents faisons foi de leur appropriation et qu’à maintes reprises , des relevés topographiques ont été effectués sur les parcelles impactées par les agents du cadastre. Ils vont aussitôt interpeller les autorités de la place notamment le maire de la commune, le préfet du Komo Mondah, et même les services du cadastre de Ntoum pour intervenir et mettre la lumière sur cette affaire. Contre toute attente, ils vont tombés des nues. De plus, certains chefs de quartier vont être convoqués à la brigade de gendarmerie de la localité pour audition sans suite favorable. Une descente de la représentante du maire sur les lieux ne va pas améliorer grand chose, bien au contraire, des nombreux biens vont être détruits par des caterpillars à l’initiative de la société S.C.G.
Ces revendications sont restées sans suite à ce jour et beaucoup de ces riverains du quartier derrière BOA en souffrent et sollicitent l’intervention des plus hautes sphères de l’État en l’occurrence le ministre de l’habitat et le président de la transition Brice Clotaire OLIGUi NGUEMA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page