GabonSociété

ENLEVEUR D’ENFANTS LA LOI DU TALION OU DE LA REPUBLIQUE

QUE RETENIR ?

Si il est vrais que nous devons tous être concernés et vigilants du sort des enfants de la nation face aux kidnapping et donc agir proactivement contre ses méfaits, c’est le renforcement et la cohésion d’un peuple. Il est aussi vrais que chacun doit être attentif à ne pas commettre de bavures en voulant se faire justice soi-même, la loi du talion.
En effet, si il existe des lois, c’est justement pour éviter ce genre d’erreurs qui peuvent faire basculer des vies, présumés kidnappeurs et justiciers dans des méandres inextricable, cas du défunt Patrick Ndong Eyeghe lynché par la foule Librevilloise il y a un, alors qu’il accompagnais ses enfants, il décèdera des suites de ses blessures.

LA FAMILLE DE GERVAIS PATRICK OBAME EYEGHE S’EXPRIME / reportage Gabon 24

Pas une semaine sans voir sur les différents réseaux sociaux une déclaration, écrite, audio ou vidéo d’un présumé (coupable de facto…) enleveur d’enfants qui sévirait à l’approche des échéances électorales à venir.
Ainsi, sur les réseaux sociaux, le Mercredi 27 avril 2022 une vidéo laissant voir un présumé (coupable de facto..) kidnappeur d’enfant, à qui il était demandé des justificatifs de non enlèvement de l’enfant qu’il accompagnait.

REBONDISSEMENT !

« Bonsoir à tous, le monsieur que vous voyez là… il n’a pas volé l’enfant c’est son grand-père… je suis la mère de l’enfant… »
se justifie la mère du petit garçon soit disant kidnappé sur les réseaux sociaux, le lendemain.

LES SOLUTIONS

Même si une lourde législation est déjà en vigueur au Gabon comme dans nombre de pays contre ceux qui sont tentés par une justice personnelle. Il est peut-être temps que les autorités de notre pays ce penchent plus clairement sur le terreau de ces faits. Et aient une réponse non pas judiciaire, parce qu’elle existe déjà, mais sociale, pêle-mêle :

  • Numéro court destiné au signalement pour faire taire toute rumeur ou pour alerter qui de droit en cas de faits avérés.
  • Moyens supplémentaires aux forces de l’ordre pour traquer sur les réseaux sociaux les propagateurs de fait non vérifiés, non avérés en rapport avec des enlèvements et recouper les informations pour la quiétude des populations.
  • Des ateliers de citoyenneté pour rappeler la règle de droit en matière de justice personnelle


Vivre ensemble c’est se faire confiance : GEI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page